Carte de Jeanne Fulcrand 13 mai 1917

(NB: Il n’y a presque pas de lettres de Jeanne, il les brûlait car il ne pouvait pas les transporter.)

LE 13 MAI 1917

Mon cher Albin.

Pas de nouvelles aujourd’hui. Je vais bien m’ennuyer. ARTHUS me prie de te dire qu’il t’a rêvé. Je m’acquitte de la commission. Toujours insupportable, il m’en fait voir de cruelles. Il me tarde d’être à demain pour te lire.

Rien de nouveau dans ce vieux MONTPELLIER. Constant est à Canet, ce soir j’aurai des nouvelles de notre patelain.

Reçois mon cher Albin les meilleurs baisers de celle qui t’aime.

Jane.

Arthus veut que je te dise ta petite Jeanne, quel gosse ! Grosses caresses.

J.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *