Dimanche 12 mars 1916

Ma chère Jeanne.

C’est avec plaisir que j’ai reçu hier une de tes lettres ; depuis 3 jours nous n’avions pas vu le vaguemestre ça commençait à devenir rasoir. J’en reçois une autre à l’instant : trop heureux. Suis toujours en très bonne santé. Ne te fais pas de bile pour moi ça se calmera sûrement bientôt par ici car on ne peut pas continuer de ce train de part et d’autre (NB: Et pourtant…VERDUN dura toute l’année 1916 et fit 600 000 morts. ).

Il y a à peine une demi-heure qu’une de nos pièces vient d’abattre un avion boche. Le spectacle était épatant et tout le monde était heureux de voir descendre ce monstre si rapidement.

CONSTANT peut en effet s’estimer très heureux d’être dans l’auxiliaire. Si même il était dans l’artillerie je crois qu’il ne cesserait pas de se fâcher.

Demain je t’écrirai encore si j’ai le temps, toujours pour que tu sois rassurée le plus possible et pour que tu ne te fasses pas trop de mauvais sang.

Mes meilleures amitiés à toute la famille FULCRAND et pour toi ma chérie mille baisers affectueux de celui qui t’aimera toujours beaucoup.

Albin R.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *