Dimanche 12 novembre 1916

Ma chère Jane.

As-tu reçu ma lettre d’hier? Sur celle-ci je t’avais bien promis de t’écrire longuement aujourd’hui même si nous devions ravitailler. Ceci n’est pas arrivé depuis 3 jours, il en est ainsi, c’est une preuve de plus en plus certaine que nous ne tarderons pas à être relevés. Et tant mieux. Où irons-nous? Ceci est un détail pourvu que nous quittions la SOMME.

Ce soir nous avons eu dans la cagna une séance des plus mouvementée, tout volait contre les tables bidons, planches de toutes sortes , tables, etc et les plats contenant le repas du soir, ceci était le plus important.

Heureusement que l’auteur de cet incident va bien mieux en ce moment. Il avait bu un quart de vin de trop et sa part d’eau de vie de la distribution. Aussitôt après il était presque fou. Il jure de ne plus recommencer. Nous verrons, du reste nous sommes ici pour en voir pas mal et de toute les couleurs.

Je suis obligé de m’arrêter, un poilu passe dans toutes les pièces pour rassembler les lettres, elles partent ce soir ou bien demain ; quand on voit ce fourbi il faut s’attendre à déguerpir d’un moment à l’autre aussi je me débrouille. S’il y a du nouveau je te l’écrirai demain.

Voilà encore que je suis dérangé, alors que je croyais pouvoir écrire à mon aise.

Je t’embrasse bien fort et mille fois. Bonjour à tous.

Albin REVEL.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *