Mercredi 19 août 1915

Ma chère petite Jeanne.
Je pense quitter CLERMONT (NB: CLERMONT FERRAND) mardi ou mercredi pour aller à la 2ème compagnie qui est dans la SOMME ou dans les VOSGES. Je n’en suis pas bien sûr. Ainsi que je te le disais dans une de mes lettres j’ai demandé à partir. Et que voulais-tu faire ? Tous mes copains allaient me quitter, je préfère partir avec eux. Je n’avance mon départ que d’une quinzaine de jours environ.

Suis toujours en parfaite santé. Tu n’auras pas besoin d’attendre des détails quand je serai sur le front. Il a paru une circulaire qui nous interdit formellement de dire où nous sommes et de raconter ce que nous faisons. Nous devrons remettre les lettres décachetées, comme le font les prisonniers allemands. Adieu ma permission de 4 jours.

Je ne tarderai pas à t’envoyer ma nouvelle adresse.
Le bonjour chez toi ainsi qu’à tes cousines (illisible).
Mille baisers pour toi.

Albin REVEL.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *