Samedi 1er avril 1916

Ma chère Jeanne.

Deux mots seulement et toujours en vitesse pour te donner de mes nouvelles. Si je t’avais écrit hier, je ne le ferais pas aujourd’hui car nous avons beaucoup à faire en ce moment. Il est probable que quand tu recevras cette lettre nous aurons quitté ce BOIS BOURRU qui nous a fait tous les jours ajouter de nouveaux noms à la liste des morts du 36ème d’art (NB:  » Vers le 15 juillet 16, mon bataillon était au BOIS-BOURRU. C’est à ce moment que je partis en permission. Je sortais de l’enfer, je croyais arriver au paradis.  » VERDUN de PERICARD.).

Le 1er et le 2ème groupe ont été relevés la nuit dernière. Le tour du mien, du 3ème arrivera certainement cette nuit puisque nos remplaçants attendent dans le bois. Le plus vivement possible sera le meilleur.

Toujours en parfaite santé et désire qu’il en soit de même pour vous tous.

Dès que nous serons au repos, je t’écrirai plus longuement, nous aurons peut-être plus de tranquillité que par ici.

Il y a déjà 4 ou 5 jours que nous ne recevons plus de lettres, ça m’ennuie beaucoup.

Rien plus de nouveau. Amitiés et bonjour à tous. Reçois ma petite chérie mille baisers affectueux de celui qui t’aime beaucoup.

Albin REVEL.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *