Carrière militaire

A la télégraphie Militaire

Cliquez sur les onglets Mémo ci-dessous et vous verrez l’original du texte qui est reproduit ci-dessous. Ce mémo n’est pas écrit directement de sa main (mais probablement sous sa dictée), à part quelques mots à la fin.

(Comme caporal au 7ème Génie) Chef d’une équipe de recherche de visibilité pour établir communications optiques dans les Alpes, notamment entre le Colbas et le Coudon et la pente de Cugueret (Lieutenant Becq 1897).

(Comme sous-officier : à l’école temporaire de télégraphie militaire du Mont Valérien) Sous-officier de l’équipe radio dès le début de la T.S.F. (Général Ferrié alors capitaine) Voir lettre du Général Ferrié. Collaboré à la mise au point de l’héliographe du Lieutenant du Génie Pelletier

(Au bataillon de sapeurs télégraphistes)

Auxiliaire du Capitaine J. Bralet pour l’organisation des premières compagnies de télégraphistes du Génie. Contribué à la mise au point de divers appareils et à l’agencement des premières voitures techniques.

Nommé adjudant à quatre ans et demi de service.

Chargé des installations électriques (éclairage, télégraphie et téléphonie) du fort de Vitry-les-Reims en 1901, ai personnellement assuré l’exploitation, le télégraphiste des PTT ne s’étant pas présenté. Croix de Stanislas remise directement par le Tzar, sur la demande de Mr Mollard, chef du protocole, puis médaille en or du même ordre, adressée par la Chancellerie.

Photos recto et verso de la décoration remise par le Tsar Nicolas II en personne.
Lettre de félicitations du directeur du Génie.

Réalisé un premier appareil de télégraphie par courants vibrés, qui a servi à un lieutenant du bataillon de télégraphistes, à mettre au point un appareil définitif.

Réalisé premier poste télégraphique et téléphonique sur bicyclette et équipement de bicyclette pour recherche de dérangements sur les lignes.

Réalisé dès 1904, avant Korn et Belin un appareil de transmission à distance de l’écriture et des dessins. Expérience en présence du Général Joli en 1907. Voir dossier sur le téléautographe.

Témoignages de satisfaction et subvention du Ministre, pour cette invention.

Réalisé appareil de projection permettant d’enseigner rapidement la lecture des signaux Morse sur bande, par projection sur écran.

Fait de nombreuses conférences aux hommes du bataillon de télégraphistes. Proposé plusieurs fois pour récompense à ce sujet par le Lieutenant-Colonel Jouanne.

À la demande du Général de Morlaincour publié histoire du Mont Valérien (imprimerie Monligeon).

Deux ans de recherches pour documentation à la bibliothèque nationale et dans les communes voisines du Fort. Nombreuses lettres de félicitations de tous les chefs à ce sujet ; photographie et dédicace du Général Azibert. Voir dossier sur le Mont Valérien.

Admissible officier d’administration du Génie, abandonné cette admissibilité afin continuer mettre au point l’appareil de transmission de l’écriture. N’ai pas continué pas continué dans cette voie , mes chefs m’ayant fait espérer nomination sous-lieutenant directement.

Proposé plusieurs fois pour sous-lieutenant, ajourné  » trop jeune « , n’aurais pas été maintenu parce que trop vieux, sans l’intervention du Colonel Linder, commandant alors le régiment des télégraphistes.

(Comme officier) Promu sous-lieutenant en février 1914 et affecté au 2ème Génie.

Chargé du bureau de la mobilisation du 2ème Génie, mis au point le plan XVII et fait appliquer ce plan d’août 1914 à février 1915. Départ aux armées retardé par Général Joly, jusqu’au jour où toutes les classes seraient mobilisées.

Citation du Colonel Jullien, alors commandant le Génie de la XVI° région. Voir ses états de services.

Parti aux Armées commandant 56ème et 151ème sections de projecteurs du Génie (11ème C.A.) de février 1915 à novembre 1917. Cité à l’ordre du Régiment. Chevalier de la Légion d’Honneur.

Affecté à l’Etat-Major de la 3ème Armée (D.C.A.) comme officier chargé des projections de (D.C.A.) de l’armée. Organisé ce nouveau service.

Appelé au G.Q.G. (bureau D.C.A.) par Colonel Saconey, février 1918 affecté ensuite centre d’instruction et d’études de D.C.A. au château de Fayel près Compiègne.

Au centre de Fayel réalisé dispositif de commande filaire des projecteurs de D.C.A.

Félicitations du Colonel Duval et proposition pour capitaine titre temporaire (T.T.).

Promu capitaine à T.T. juin 1918 créé et dirigé école des projecteurs de D.C.A. de Longueperte (Colonel Saconey). Commandé 1ère compagnie de projecteurs de D.C.A. et dépôt mobile de D.C.A.. Organisé, instruit et mis en route quatorze compagnies de projecteurs de D.C.A.. Rédigé règlement projecteurs de D.C.A. et mis au point les méthodes de recherche et d’éclairement des avions.

Promu capitaine à titre définitif à l’ancienneté, décembre 1919. Commandant une compagnie de projecteurs 1er régiment de D.C.A. à Paris.

Membre de la commission d’études de la D.C.A. de 1921 à 1923.

Réalisé :

* Appareil d’écoute des avions à l’oreille nue.

* Appareil de tracés de route d’avions.

* Projecteur tournant pour nappes lumineuses.

Présenté en outre divers projets de projecteurs de D.C.A. et de commande à distance.

Présenté à la Compagnie de Chemins de Fer du Nord, dispositif de signalisation permettant éviter tamponnements. Après avoir conservé le dossier un certain temps la compagnie a répondu qu’elle était pourvue de moyens réglementaires puis a mis en service dispositif plus perfectionné mais analogue à celui présenté.

Chargé des illuminations le 11 novembre 1920 élaboré projet mise en œuvre de plus de 1000 projecteurs dans Paris, dirigé 400 artilleurs de la D.C.A. et 250 marins employés à ces travaux.
Différents travaux:

* Organisé et dirigé embrasement et illuminations du Parc de Bagatelle lors de la grande fête de nuit donnée dans ce parc en juin 1921 (Duchesse d’Uzès présidente de l’œuvre des enfants russes). Collaboré avec peintre Doumergue.

* De 1921 à 1923 monté volontairement en avion plusieurs fois par semaine avec autorisation du Ministre afin diriger et contrôler travail d’écoute des hommes de ma compagnie.

* Affecté sur ma demande au 2ème régiment du Génie commandant 6ème compagnie juillet 1923.

* Chargé des expériences d’écoute des explosions de la Courtine, réalisé des installations de fortune qui ont donné les résultats attendus.

* Travail sur les mines à explosion retardée 1924. Travail plus complet sur les mines à explosion retardée, les pièges et les mises de feu à distance adressé au ministre pour journal du Génie novembre 1923. Un double de ce travail est joint.

Retour

Mémo1

Mémo2

Mémo3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *